Quels changements Immobiliers post Coronavirus?

Publié le jeudi 12 novembre 2020 par Mickael
Quels changements Immobiliers post Coronavirus?

La crise du corona virus à apporté beaucoup de questionnements sur notre modèle économique et ce sur de nombreux aspects.

On entend pour chaque branche d’activité qu’elle est en train de se réinventer à juste titre ou non. Nous ne sommes pas la pour en juger, l’avenir se contentera d’y répondre.

Mais qu’en est-il de l’immobilier ?

Les détenteurs d’appartements de centre villes doivent ils se mettre à trembler face à cette vague verte de demande de maison avec jardin en banlieue ou en province ?

Les investisseurs immobiliers tertiaires principalement de bureau doivent ils changer leurs stratégies dû au fait du développement du télétravail ?

Les propriétaires de murs commerciaux qui traversent leur pire crise avec ces fermetures à répétitions peuvent-ils espérer le retour à des jours meilleurs ?

Chez Applicéo nous ne pensons pas que tous ces changements annoncés seront aussi brutaux et encore moins que nous passerons dans des modèles économiques totalement opposés.

Nous préférons nous concentrer sur l’aspect « accélérateur de tendance » que cette crise à mis en avant.

Le résidentiel

La recherche d’extérieur pour son logement et l’éloignement de la pollution des centre villes n’est pas un fait nouveau. C’est une tendance bien plus profonde, et qui existait déjà avant le coronavirus.

Le premier déconfinement à en effet apporté un élan à cette tendance. Poussant ainsi les plus décidés à passer à l’acte plutôt que prévu éventuellement. Mais est-il raisonnable ou même envisageable de voir des centres urbains se vider de la plus grande partie de leurs habitants ?

Si les grandes villes n’offriront jamais le calme et les espaces de la province ou de certaines banlieues proches, elles offriront toujours d’autres attraits (accès à l’emploi, divertissement, culture…).

Et ce que la ville offre et qui à attiré sa population ne disparaitra pas et continuera à convaincre ceux et celles pour qui c’est important.

Il est très envisageable de voir apparaitre une chute des prix de l’immobilier résidentiel dans les grandes villes. Mais cette baisse sera à notre sens bien plus corrélé à une situation économique difficile, à la capacité de relance de notre économie ou à un accès au crédit plus strict qu’à un changement de tendance drastique de la population.

Les Bureaux

Le parc de bureau vacant à toujours été conséquent et à souvent fait l’objet d’accompagnement pour pousser les preneurs à louer certains locaux. Il est évident que la situation économique et sanitaire actuelle va pousser vers un ralentissement du marché. Mais les surfaces de petite taille ou de taille moyenne dans les quartiers d’affaires parisiens devraient être bien plus résiliant. La règle d’or de l’immobilier à savoir l’emplacement va prendre tout son sens dans le secteur de l’immobilier tertiaire sur les prochaines années.

Le développement du télétravail ne supprimera pas la demande de bureau, mais elle nécessitera un réaménagement des surfaces et certainement une diminution des espaces nécessaires.

Le développement des espaces de coworking, tendance déjà en action avant le coronavirus, devraient croitre à notre sens.

Les grands plateaux de bureaux en zones périphériques devraient être la catégorie d’actif la plus touché selon nous.

Les commerces

La tendance à la digitalisation du commerce n’est pas nouvelle, elle est un peu plus en retard en France que chez nos voisins de manière générale.

On peut supposer que cet écart se réduira post covid 19 suite à la nécessité des commerces eux-mêmes de se moderniser et d’aller chercher de la croissance.

Il est essentiel pour tout commerce de centre-ville de développer simultanément son réseau de boutiques et un développement numérique afin d’atteindre un maillage plus important.

Les commerces de centre villes devraient mieux tirer leur épingle du jeu car elles font partis du maillage urbain et constitue entre autres l’attrait des villes. Le maintien des boutiques de centre-ville restera une priorité des différentes municipalités. Pour les boutiques d’emplacements moins centraux le maintient de leurs rendements nécessitera une gestion beaucoup plus active et créative (boutiques éphémères, organisation de showroom, distributeur de marque et points de retraits…).

Entrepôts

Tout comme sa tendance passée la demande d’entrepôts devrait progresser avec le développement du digital et en fonction de la situation économique plus généralement.

C’est certainement l’actif le moins affecté par cette crise sanitaire au final.

De plus si les intentions étatiques de redévelopper l’industrie Française est suivi par des actions concrète, c’est un actif qui pourrait même voir sa demande croitre assez rapidement.

Conclusion

Il n’est pas possible même aux meilleurs analystes de prédire l’avenir économique et nous n’en avons en rien la prétention. Ce qu’il nous paraissait important en revanche de mettre en avant dans ces lignes, c’est ces tendances de fonds importantes qui sont en marches depuis bien plus longtemps que cette crise sanitaire. Il est donc indispensable pour tout investisseur, ou acquéreur utilisateur de modéliser ces tendances face à son souhait d’achat futur. Il est nécessaire pour tout acquéreur de bien percevoir que ces accélérations de tendances sont liées à une évolution des mœurs et non pas à la crise du covid 19.

Partagez l'article

Catégories

Toutes
Analyse Immobilière

Essayez notre solution de gestion locative gratuite et 100% automatisée !

Consacrez quelques minutes au paramétrage de votre compte et vous pourrez ensuite profiter de votre temps libre retrouvé. Applicéo s'occupera de tout !
Détendez-vous, Applicéo s'occupe de votre gestion locative.
Top